Révision du plan général d’urbanisme de Marbella de 1986

28 septembre 2020

 

Jusqu’au 25 septembre, les citoyens ont pu soumettre des propositions, des suggestions ou des alternatives pour la rédaction du futur planning et ainsi encourager leur participation. Ce serait l’objectif principal.

 

Le rapport d’étape recueille, de manière générale, les points suivants:

– Une solution générique de ville compacte, les stratégies du système polynucléaire basées sur le modèle «ville-jardin».

– Comprendre en tant que résidents à la fois la population fixe et temporaire.

– Atténuer les déficits d’infrastructure de la ville, en particulier dans les urbanisations.

– Logements de protection officiels dans les zones où la demande l’exige.

– Augmentation de la R&D (recherche et développement), un facteur déterminant pour développement économique de la ville.

– Encourager un tourisme de qualité

 

Les problèmes et le caractère unique de la situation urbaine à Marbella dus à l’existence de 3 plans généraux d’urbanisme (le PGOU de 1986, le PDGOU de 1998 et le PDGOU de 2010) rendent le rapport d’étape plus important et prioritaire si possible.

 

Le PGOU de 2010 indique que des milliers de logements à Marbella n’ont pas été construits selon le PGOU de 1986 et sont donc en situation irrégulière.

 

Cet aspect affecte très négativement lors de l’achat d’un bien immobilier,  car il génère de la méfiance et de l’incertitude à l’acheteur, les poussant à se rendre dans une autre ville à la recherche de leur résidence.

Chaque cas sera étudié, avec sécurité, afin de régulariser la situation urbaine de chaque bâtiment.

 

Dans le domaine administratif, la disparition des zones de régularisation et des charges d’urbanisme de Marbella imposées aux propriétaires est recherchée, en fonction de la gravité des infractions commises dans la construction des bâtiments irréguliers, apparues dans le PGOU 2010.

Reconnaissant également les bâtiments régularisés.

 

Une autre bonne nouvelle est l’exécution de bonne foi des peines d’annulation pour les licences et les tiers (art. 108.3 LJCA) et la modification de la durée de l’exécution judiciaire forcée de la peine, qui est actuellement de 5 ans.

 

En conclusion, l’annonce de la révision du PGOU de 1986 apportera de nombreux avantages à la ville de Marbella, elle attirera des investisseurs et un tourisme de qualité.

¿Quieres vender?

Contamos con un equipo de arquitectos para darle más valor a su propiedad

Abrir chat